Print bookPrint book

Remettre nos propres attitudes en question

Remettre nos propres attitudes en question

Site: ECML - Moodle | Community
Course: Cours Virtuel Ouvert (CVO): Co-construire l'éducation des migrants
Book: Remettre nos propres attitudes en question
Printed by: Guest user
Date: Wednesday, 1 April 2020, 7:44 AM

3. Pourquoi devons-nous remettre nos propres attitudes en question ?

 Il est plus facile d’établir des liens avec des personnes qui partagent les mêmes valeurs que nous, qui ont une vision du monde similaire à la nôtre et qui ont vécu des expériences qui nous sont familières. Dans le cadre scolaire, les parents qui ont une vision des choses semblable à celle des professionnels de l’éducation peuvent donc se sentir plus à l’aise que ceux qui ont des origines sociales, culturelles ou linguistiques différentes, qui peuvent quant à eux se sentir mal à l’aise, voire importuns. En tant que membres de la communauté éducative, et dans l’objectif de réduire l’écart entre les apprenants favorisés et ceux qui le sont moins et d’offrir une expérience scolaire plus équitable à tous les apprenants, quelles que soient leurs origines, il est de notre devoir de nous assurer que nous ne négligeons pas, même involontairement, les besoins de ceux qui sont différents de nous. Dans cette optique, il nous faut nous interroger régulièrement sur nos pratiques et expliciter l’implicite, de sorte à faciliter la compréhension mutuelle entre tous les acteurs de l’éducation d’un enfant.

3.1. Qu’est-ce que l’apprentissage par problèmes (APP)?

L’apprentissage par problèmes (APP) est une méthode pédagogique fondée sur l’utilisation de problèmes concrets, tirés de situations réelles, pouvant stimuler la discussion, remettre certaines attitudes en question et favoriser l’estime mutuelle.

Cette méthode consiste à inviter les participants (enseignants, formateurs d’enseignants, psychologues scolaires, assistants pédagogiques, parents, etc.) à collaborer au sein de petits groupes pour réfléchir à ces problèmes et trouver ensemble des solutions.

L’organisateur de la formation (formateur d’enseignants, conférencier, instructeur…) fait office de médiateur pendant l’exercice et propose diverses sources d’information et un soutien aux différents groupes.

L’APP a été reconnu comme une pratique qui suscite la réflexion critique chez les participants et favorise un apprentissage actif.

3.2. Qu’en disent les participants?

(Mary & Young (2010). Initial teacher education for future nursery and primary teachers, post-course feedback).

«L’APP nous permet de poser des questions, de réfléchir ensemble à certains sujets, de tenir des échanges entre nous et ainsi d’apprendre de nos pairs, tout en étant confrontés à un problème à résoudre.

Ce qui a été intéressant, ça a été de confronter différentes idées et de les combiner pour voir comment nous pourrions les mettre en œuvre. J’avais déjà quelques idées sur le sujet, mais le travail en groupe m’a permis d’en découvrir d’autres.

Grâce à un travail de groupe pertinent auquel chacun a pu contribuer, nous avons élaboré quelques idées sur la manière dont nous gèrerions le cas éventuel d’un enfant récemment arrivé de l’étranger, ainsi que les différentes langues, et, par conséquent, l’intégration scolaire et sociale de cet élève différent. Nous avons pu imaginer des situations concrètes et en discuter au sein de notre groupe, ce qui nous a permis de surmonter nos difficultés et d’aborder la situation avec plus de confiance.»

3.4. Références

Mary, L. & Young, A. (2010) "Preparing Teachers for the multilingual classroom: Nurturing reflective, critical awareness”, pp. 195-219 in Ehrhart, S. Hélot, C. & Le Nevez, A. (ed.), Plurilinguisme et formation des enseignants : Une approche critique / Plurilingualism and Teacher Education: a critical approach, Peter Lang, Frankfurt, Germany.