Print bookPrint book

Ouvrir la salle de classe à la communauté: les «groupes interactifs»

Ouvrir la salle de classe à la communauté: les «groupes interactifs»

Site: ECML - Moodle | Community
Course: Cours Virtuel Ouvert (CVO): Co-construire l'éducation des migrants
Book: Ouvrir la salle de classe à la communauté: les «groupes interactifs»
Printed by: Guest user
Date: Sunday, 26 January 2020, 12:51 AM

4. Les groupes interactifs: une méthodologie inclusive

«Diversité» est peut-être le terme qui caractérise le mieux la société actuelle. Les écoles étant des micro-systèmes sociaux, il est aujourd’hui essentiel qu’elles aussi tiennent compte de cette réalité, tant sur le plan scolaire que social. Ceci implique notamment de réfléchir aux méthodologies les plus efficaces ou aux meilleures manières de regrouper les apprenants au sein des salles de classe (Valls & Kyriakides 2013).

À cet égard, les groupes interactifs se sont révélés être une forme réussie d'organisation de la classe capable de répondre à la diversité et d'avoir un impact positif sur la réussite de TOUS les élèves.

4.1. Mise en œuvre des «groupes interactifs» dans les salles de classe

Cette approche consiste à diviser les élèves d’une même classe en quatre ou cinq groupes hétérogènes (en termes de compétences curriculaires, de genre, de langues ou d’appartenance ethnique, par exemple) de quatre à cinq élèves, chacun de ces groupes étant encadré par un adulte (un professionnel ou un bénévole travaillant au sein de l’école) chargé de superviser une tâche précise (INCLUD-ED 2009).

Pour chaque séance, quatre ou cinq activités sont prévues, en fonction du nombre de groupes. Celles-ci sont de courte durée (10 à 15 minutes environ), généralement axées sur l’apprentissage fonctionnel (langue majoritaire, langues étrangères et mathématiques) et reliées à une unité didactique spécifique.

A l’issue d’une activité, tous les groupes effectuent une rotation dans la salle de classe et passent à l’activité suivante, supervisée par un autre bénévole. Ainsi, en une heure de temps environ, cette dynamique permet à l’ensemble des apprenants d’une classe de travailler sur quatre ou cinq tâches curriculaires différentes et d’interagir avec quatre ou cinq adultes différents, en plus de leurs camarades de groupe (ibid.).


 
Adapté de Pujolás (2009)
Illustration de Ruth García

4.2. Objectifs

La méthodologie des «groupes interactifs» vise à offrir à tous les apprenants une éducation de la meilleure qualité possible. Pour ce faire, il est important de ne pas exclure les élèves les plus «faibles» des classes ordinaires et, à l’inverse, de doter ces classes de toutes les ressources nécessaires pour faire en sorte que ces apprenants puissent poursuivre leur scolarité en visant les objectifs les plus élevés possible (Gràcia & Elboj 2005). Dans cette optique, la méthodologie des «groupes interactifs» est axée sur les objectifs suivants:

  • Tenir compte de la diversité dans les classes d’enseignement «ordinaire», contribuant ainsi à mettre un terme à l’échec et à la ségrégation scolaires:

    • inclusion contre ségrégation;

    • cours de rattrapage contre cours ordinaires.

  • Promouvoir l’apprentissage dialogique et coopératif, en renforçant l’interaction au sein de la salle de classe:

    • interaction entre pairs;

    • apprenants et bénévoles.
  • Développer les compétences des apprenants pour le travail en équipe, ainsi que leur capacité à interagir et à collaborer efficacement.
  • Accélérer le processus d’apprentissage et renforcer l’intérêt des apprenants:

    • par l’interaction entre eux, les enseignants et les bénévoles;

    • en les maintenant constamment en activité.

  • Renforcer l’apprentissage fonctionnel et favoriser l’acquisition de valeurs, ainsi que le développement émotionnel des apprenants:

    • solidarité, respect de la diversité, travail en équipe, esprit d’initiative, estime de soi.

  • Contribuer à améliorer la coexistence.

  • Apporter le soutien nécessaire à tous les apprenants en instaurant un environnement d’apprentissage commun et en réorganisant les ressources naturelles existantes:

    • participation d’une grande diversité de professionnels, bénévoles et membres des familles dans la classe (formateurs, enseignants spécialisés, bénévoles, parents, etc.);

    • coopération entre apprenants : tutorat par les pairs, apprentissage coopératif, perception de la diversité et des différences entre les apprenants comme des éléments enrichissants qui facilitent l’interaction entre eux.

  • Garantir l’acquisition du contenu du curriculum, ainsi qu’une meilleure compréhension de la langue majoritaire et des autres langues.

4.3. Bénévoles: adultes participant aux groupes

Le bénévolat joue un rôle fondamental dans la constitution des groupes interactifs dans la mesure où il offre de nouvelles perspectives d’apprentissage par l’interaction – non seulement avec les pairs, mais aussi avec des adultes. Ainsi, plus les bénévoles ont des origines, cultures, croyances et compétences, voire des langues, différentes, plus le potentiel d’exposition à tous les types d’expériences d’apprentissage augmente.

Cependant, ces bénévoles ne remplacent pas les enseignants, qui restent responsables du bon déroulement de la séance. Le rôle des uns et des autres peut être résumé comme suit:

  • L’enseignant:
    • CONÇOIT les activités. C’est lui ou elle qui décide du contenu à acquérir ou à renforcer.
    • Il ou elle COORDONNE les activités et en assure la COHERENCE PEDAGOGIQUE.
    • il ou elle assure la gestion du TEMPS, SUPERVISE le déroulement général de la séance et s’occupe de l’EVALUATION.
  • Les bénévoles:
    • Jouent le rôle de MEDIATEURS: ce sont des «agents dynamiques» qui promeuvent l’interaction fondée sur la solidarité et le dialogue entre apprenants afin que chacun d’entre eux, au sein de chaque groupe, atteigne les objectifs d’apprentissage.
    • Les adultes constituant ces groupes peuvent être des membres des familles ou de la communauté, des anciens élèves, des étudiants universitaires ou des enseignants exerçant au sein du même établissement.

4.4. Type d’activités

Le type d’activités prévu pour chaque séance des groupes interactifs dépend de l’objectif final de cette dernière (introduire un sujet, revoir ou renforcer certains contenus, etc.).

Cependant, toutes les activités doivent viser à susciter l’interaction entre les apprenants et entre les apprenants et les bénévoles; il convient également d’alterner entre des tâches collectives et des tâches individuelles.


Schéma de Ruth García

                                                                                                                                                                                                                          

N.B.: La méthodologie des groupes interactifs vise à susciter l’interaction. Pour les tâches individuelles, chaque apprenant se voit remettre un modèle ou une fiche de travail qui sera «corrigée» en coopération et après la tenue d’une discussion entre tous les membres du groupe. Pour les activités collectives, tous les apprenants utilisent la même ressource ou le même matériel.

4.5. Bénéfices des «Groupes interactifs»

La mise en œuvre de cette approche permet notamment:

  • d’encourager l’interaction entre les apprenants et les adultes;

  • de susciter plus de motivation et d’enthousiasme lors de la réalisation de tâches;

  • de stimuler la créativité;

  • de favoriser la participation de tous les apprenants;

  • de faciliter l’acquisition de certains contenus du curriculum, de la langue majoritaire et d’autres langues;

  • de développer chez les apprenants la capacité à écouter les autres et à respecter leurs opinions;

  • de promouvoir l’apprentissage collaboratif en encourageant l’aide mutuelle;

  • de créer des attentes plus élevées (effet «yes, we can!») et de renforcer l’estime de soi;

  • d’assurer un suivi plus étroit des apprenants, par un plus grand nombre d’adultes qui observent l’évolution du groupe et ses difficultés;

  • d’ouvrir les portes de la classe à la communauté.

4.6. Références

- Gràcia, S. & Elboj, C. (2005). La educación secundaria en comunidades de aprendizaje. El caso de Aragón. Web 24 May 2014. http://ddd.uab.cat/pub/educar/0211819Xn35p101.pdf

- INCLUD-ED. (2009). Actions for success in schools in Europe. European Comission Web 24 May 2014. http://www.helsinki.fi/~reunamo/article/INCLUDED_actions%20for%20success.pdf

- Pujolás, P. (2009). Aprendizaje cooperativo y educación inclusiva: una forma práctica de aprender juntos alumnos diferentes. Web 1 June 2014. http://www.mecd.gob.es/dms-static/6440d452-6665-4cac-8b63-2d07f5b565bd/2009-ponencia-20-pere-pujolas-pdf.pdf

- Valls, R. & Kyriakides, L. (2013). The power of interactive groups: How diversity of adults volunteering in classroom groups can promote inclusion and success for children of vulnerable minority ethnic populations. Cambridge Journal of Education.