Sunday, 5 April 2020, 2:47 AM
Site: ECML - Moodle | Community
Course: Cours Virtuel Ouvert (CVO): Co-construire l'éducation des migrants (Co-construire)
Glossary: Glossaire
A

Alternance codique (code-switching)

  • L’alternance codique n’est pas un phénomène linguistique rare ou étrange ; au contraire, elle est très fréquente au sein des communautés bilingues (surtout dans les échanges informels, entre amis ou avec les membres de la famille, par exemple).

  • Elle n’est pas le signe d’un dysfonctionnement au sein des communautés bilingues, ni d’une insuffisance de compétences en langues ; elle remplit de nombreuses fonctions de communication.

  • Les personnes bilingues ne changent pas de langue par « pure paresse », et la langue hybride résultant de l’alternance codique n’est jamais « incompréhensible » – pas pour les bilingues, du moins !


Alternance des langues (Translanguaging)

L’alternance des langues peut être décrite comme un mécanisme puissant ou une stratégie linguistique à la disposition des personnes bilingues. Celles-ci peuvent s’en servir pour relater des expériences, développer certaines conceptions et interpréter leur réalité bilingue par l’utilisation quotidienne de leurs deux langues. (Garcia, 2009)

García (2009, 2011) considère l’alternance des langues – « ou l’adoption de pratiques discursives bilingues ou multilingues » (2009, p. 44) – comme une approche du bilinguisme centrée non sur les langues, mais sur la pratique communicationnelle observable et naturelle des bilingues et, si elle est correctement interprétée, comprise et mise en œuvre dans les écoles, comme un moyen de renforcer les compétences cognitives et les compétences en langues et en littératie des apprenants.

L’alternance des langues englobe l’alternance codique, c’est-à-dire le passage d’une langue à l’autre en contexte, et la traduction ; cependant, elle se distingue de ces deux pratiques « simples » en ceci qu’elle renvoie également au processus qui induit chez les apprenants concernés un comportement bilingue dans les diverses activités pratiquées en salle de classe (lire, écrire, prendre des notes, discuter, chanter, etc.).

L’alternance des langues n’est pas qu’un moyen d’« étayer » l’enseignement, de tirer un sens de l’apprentissage et de la langue ; elle fait partie des compétences métadiscursives que les apprenants du XXIe siècle doivent maîtriser. (García, 2011, p. 147)


Références

García, O. (2009). Bilingual education in the 21st century : a global perspective. Oxford : Wiley-Blackwell.

García, O. (2011). Educating New York’s bilingual children ; constructing a future from the past. International Journal of Bilingual Education and Bilingualism, 14, 2: 133-153.


Apprenant bilingue en devenir

Un apprenant bilingue en devenir est un apprenant qui est en train de devenir bilingue. Garcia et al. (2008) utilisent cette expression pour désigner les enfants qui parlent une langue autre que la langue de scolarisation à la maison et apprennent à « fonctionner » avec une langue seconde à l’école. (traduction libre)

Références

García, Ofelia ; Kleifgen, Jo Anne ; Falchi, Lorraine (2008). From English language learners to emergent bilinguals. Equity matters, Research review no. 1, Campaign for educational equity.


Apprentissage dialogique

L’apprentissage dialogique est l’apprentissage fondé sur le dialogue. Généralement, ce dernier est égalitaire, c’est-à-dire que les interventions s’effectuent sur la base de la validité des arguments, et non d’une relation hiérarchique.

Références

Wikipedia. The free encyclopedia. <http://en.wikipedia.org/wiki/Dialogic_learning> (traduction libre)

B

Bilingues & Bilinguisme

Nous avons adopté une définition très large allant des travailleurs migrants qui ont des difficultés à parler la langue de leur pays d’accueil (et qui ne savent ni la lire, ni l’écrire) aux interprètes professionnels, qui maîtrisent parfaitement deux langues. Entre ces deux extrêmes, on trouve les conjoints étrangers qui interagissent avec leurs amis dans leur première langue, les chercheurs qui lisent et écrivent des articles dans une langue seconde (qu’ils parlent rarement), les membres de minorités linguistiques qui emploient leur langue à la maison uniquement et la langue majoritaire dans tous les autres domaines de la vie, les personnes sourdes qui parlent la langue des signes avec leurs amis mais utilisent une forme signée de la langue orale avec les entendants, etc. Malgré la grande diversité qui les caractérise, ces personnes ont toutes un point commun : elles vivent avec (au moins) deux langues.

Les personnes bilingues nous rappellent que l’espace linguistique n’est pas une simple juxtaposition de langues (…) ; c’est plutôt un continuum de langues (…) s’accompagnant d’un processus de « mélange de cultures et de visions du monde » qui, pour certains, est impénétrable, et, pour d’autres, perturbant. (Brutt-Griffler& Varghese, 2004) (traduction libre)

(Brutt-Griffler & Varghese, 2004)


Références

Brutt-Griffler, J. & Varghese M. (2004). Introduction. Special Issue : (Re)writing bilingualism and the bilingual educator’s knowledge base. International Journal of Bilingual Education and Bilingualism, 7(2) & 7(3): 93-101.

Grosjean, F. (1982). Life with two languages – An introduction to bilingualism. Cambridge, Massachusetts et Londres, Angleterre : Harvard University Press.

Grosjean, F. (1996). Living with two languages and two cultures. In Parasnis, I. (éd.). Cultural and language diversity and the deaf experience. Cambridge : Cambridge University Press.

Grosjean, F. (2010). Bilingual – Life and reality. Cambridge, Massachusetts et Londres, Angleterre : Harvard University Press, p. 276.

Grosjean, F. (2015). Parler plusieurs langues – Le monde des bilingues. Paris : Albin Michel, p. 229.



C

Communauté

La société, le public, un groupe social

Une communauté est un groupe social de taille variable, dont les membres résident dans un lieu spécifique, sont gouvernés par les mêmes entités et ont souvent un patrimoine culturel et historique commun. Il peut s’agir d’un groupe social, religieux, professionnel ou d’un autre type de groupe partageant des caractéristiques ou intérêts communs et étant perçu ou se percevant comme distinct, dans une certaine mesure, de la société plus large dont il fait partie (le monde des affaires, le monde universitaire…). http://dictionary.reference.com/browse/community (traduction libre).

Une communauté est une unité sociale de taille variable qui partage les mêmes valeurs. Si les communautés incarnées ou locales sont généralement de petite taille, les communautés plus importantes ou plus étendues, telles que les communautés nationales, la communauté internationale ou la communauté virtuelle, font également l’objet d’études. <http://en.wikipedia.org/wiki/Community> (traduction libre).


D

Dialogique

  • Apprentissage dialogique

L’apprentissage dialogique est l’apprentissage fondé sur le dialogue. Généralement, ce dernier est égalitaire, c’est-à-dire que les interventions s’effectuent sur la base de la validité des arguments, et non d’une relation hiérarchique.

Références

Wikipedia. The free encyclopedia. <http://en.wikipedia.org/wiki/Dialogic_learning> (traduction libre)



  • Réflexion dialogique

La réflexion dialogique accorde au dialogue un rôle fondamental dans la stimulation de la réflexion et de l’apprentissage. Elle peut notamment être mise en œuvre par le biais de projets de groupe (pouvant consister, par exemple, à créer ensemble une histoire numérique multilingue), ceux-ci mettant en interaction les voix et perceptions de tous les participants. Ce type de processus créatif aide les élèves à apprendre à structurer leurs idées et à mener une réflexion dialogique.

« Par opposition à l’approche monologique, l’approche dialogique repose sur le principe selon lequel il n’y a jamais une seule et unique perspective. Au-delà de cet aspect, elle suppose que le sens ne se crée jamais de façon isolée mais qu’il naît toujours de l’interaction de plusieurs voix qui dialoguent. Ainsi, l’enseignement dialogique ne vise pas tant à transmettre des représentations qu’à faire participer les apprenants à des dialogues dans un contexte, somme toute, illimité. » (Wegerif, 2013: 3). (traduction libre)

Références

Wegerif, R. (2013). Dialogic : Education for the Internet age. London : Routledge.
E

Ecoles d’enseignement complémentaire (ou « écoles du patrimoine »)

Les écoles d’enseignement complémentaire sont des écoles dont les cours, qui visent souvent à transmettre leurs langues d’origine aux élèves inscrits, sont dispensés après l’école « classique ».


Education interculturelle

L’éducation interculturelle est une manière de répondre à des évolutions sociales majeures (telles que les changements démographiques, les migrations de masse, les mouvements de population dus à des guerres, à une persécution politique, à la corruption ou à la famine, ou l’intégration de grands groupes de migrants économiques et les réajustements qui s’ensuivent dans la vie économique, sociale et culturelle). Si ces questions ne sont pas traitées rapidement et efficacement, à terme, elles peuvent entraîner des situations problématiques et inextricables dans les sociétés actuelles. L’éducation interculturelle a pour objectif d’aller au-delà de la simple coexistence passive, et de trouver une manière nouvelle et durable de vivre ensemble dans des sociétés multiculturelles en instaurant les principes de la compréhension mutuelle, du respect et du dialogue entre les différents groupes culturels. (PEAP e-book : Intercultural activities)

Elle repose sur l’interaction, la compréhension et le respect mutuel, ainsi que sur la reconnaissance de la diversité culturelle et la promotion active de cette dernière.

Elle implique l’inclusion de toutes les cultures, tant au niveau de la théorie, de la conception et de la planification que de la pratique.

<http://www.slideshare.net/jamespenstone/what-is-intercultural-education>


G

Groupes interactifs

D’après la recherche, l’approche des groupes interactifs favorise considérablement l’inclusion. Elle consiste, dans les salles de classe, à constituer des petits groupes d’apprenants présentant divers niveaux de compétence et à les faire collaborer par le biais d’interactions dialogiques pour réaliser activités d’apprentissage données. Chaque petit groupe est supervisé par des adultes ; la plupart du temps, il s’agit de bénévoles issus de la communauté. L’enseignant titulaire est chargé de gérer la dynamique de classe et apporte un soutien supplémentaire en cas de besoin. Cette approche améliore les résultats des apprenants et renforce la solidarité entre eux. (INCLUD-ED (2009), p. 67).

Références

INCLUD-ED (2009). Actions for success in schools in Europe. Site Internet de la Commission européenne, 24 mai 2014. <http://www.helsinki.fi/~reunamo/article/INCLUDED_actions%20for%20success.pdf>